Dans la joie et la bonne humeur !

Pas toujours facile d’être tous les jours heureux. Et pourtant c’est bien ce qu’on essaie d’être quand même chaque jour. Car même si gagner son argent et vivre sont importants, en Chine, être heureux l’est encore plus : 快乐才是最重要的 (kuàilè cáishì zuì zhòngyàode). La joie est la chose la plus importante.

Quoi de plus évident lorsque l’on remarque que les mots pour dire « joie », « joyeux », « heureux », « bonheur » et leurs synonymes sont si nombreux dans le vocabulaire chinois. Tous ou presque possède dans leur graphie le composant du cœur 心 (xīn) ou忄 . En effet, pour les Chinois, la vraie joie vient du « cœur intérieur » 来自内心的快乐 (láizì nèixīn de kuàilè). Ainsi, on trouve le mot « cœur ouvert » 开心 (kāixīn) qui ne signifie pas comme en français « dire le fond de sa pensée » mais tout simplement « être content ». On peut le redoubler pour exprimer une grande joie : 开开心心 (kāikāi xīnxīn). On dit de quelqu’un qui amène de la bonne humeur qu’il est un « fruit de la joie »开心果 (kāixīnguǒ) : une pistache.

Le mot 兴 (xìng) qui signifie « allégresse », « excitation » se retrouve dans plusieurs mots liés à la joie : 高兴 (gāoxìng) ou « content » mais aussi 兴奋 (xìngfèn) : « excité ». « Très en joie » se dira 新高彩烈 (xīnggāo cǎiliè). On l’utilise aussi pour dire « casser l’ambiance » ou plus littéralement « balayer la joie » 扫兴 (sǎoxìng).

Le mot 乐 (lè) « la joie » s’utilise dans beaucoup d’expressions telles 欢乐 (huānlè) qui est un synonyme de 快乐 (kuàilè). On peut également l’utiliser pour décrire l’attitude de quelqu’un lorsqu’il a le sourire sur les lèvres 乐呵呵 (lèhēhē). On dira d’une personne optimiste qu’elle voit les choses de façon joyeuse : 乐观 (lèguān). Faire des blagues se dit 逗乐 (dòulè). On dira 乐在其中 (lèzàiqízhōng) pour dire « être heureux dans ce que l’on fait ».

On trouve également le mot « vite-joie » 快乐 (kuàilè) car, comme en français pour « allègre » ou en italien pour « allegro » et en espagnol pour « alegrìa », la vitesse est synonyme de joie en chinois. On peut également le redoubler pour former le mot « très joyeux » : 快快乐乐 (kuàikuài lèlè). On trouve encore le mot 欢快 (huānkuài) ou bien 欢喜 (huānxǐ) qui veulent tous deux dire « joyeux ». Il est amusant de voir que si l’on inverse les deux caractères de 欢喜  cela forme le mot « aimer » 喜欢 (xǐhuān).

Mais les Chinois font-ils la différence entre la joie, le sentiment de satisfaction et de bonheur ? On peut facilement répondre affirmativement à cette question puisque la joie 快乐 (kuàilè) se distingue de 满足 (mǎnzú) ou 满意 (mǎnyì) qui n’impliquent que l’idée de « remplissage » avec le caractère 满 (mǎn), le fait d’avoir atteint ses objectifs et d’en être satisfait, mais pas nécessairement la joie ou le bonheur. C’est pour cela que les Chinois disent que la recherche matérielle est nécessaire, mais qu’il faut savoir s’arrêter et se satisfaire de ce que l’on a 知足 (zhīzú).

Pour dire que l’on est heureux, que l’on ressent un sentiment de plénitude, on dira 幸福 (xìngfú). L’origine sémantique du mot est également assez intéressante : le mot 幸 (xìng) exprime le bon augure et la chance, le concept chinois du bonheur 福 (fú) signifie être riche 富贵 (fùguì) et avoir la longévité 寿考 (shòukǎo). 幸福 « bonne augure-bonheur » est l’antonyme de « calamité » 祸害 (huòhài).

La notion est omniprésente en Chine puisque sur les portes d’entrée des maisons, on colle des caractères 福 mais à l’envers. Le « bonheur à l’envers » est un homophone de « le bonheur est arrivé » ! Et quel bonheur que d’arriver à la fin de cette chronique.