Le thé est une boisson qui fait partie intégrante de la culture chinoise. Petit aperçu des diverses variétés et de leurs vertus respectives.

Le thé 茶 (chá) est un des éléments les plus représentatifs de la culture chinoise depuis presque plus de deux mille ans et l’une des sept denrées obligatoires de toute famille chinoise 开门七件事 (kāi mén qī jiàn shì) : le bois de chauffage, le riz, l’huile, le sel, la sauce soja, le vinaigre et le thé, en chinois. Le thé se retrouve également dans beaucoup d’expressions populaires, telles que 人走茶凉 (rénzǒu cháliáng), littéralement « le thé refroidit lorsque les gens partent », qui signifie l’inconstance des relations humaines. Aussi dans 粗茶淡饭 (cūchá dànfàn, du thé grossier et de la nourriture insipide), une façon de décrire une vie simple.

Cette boisson aurait été découverte par hasard par Shen Nong : le goûteur de la mythologie chinoise qui aurait permis aux Chinois de savoir ce qui dans la nature est comestible et ce qui ne l’est pas. De cette histoire, on en a gardé l’expression 神农尝百草 (shénnóng cháng bǎicǎo, Shen Nong goûte aux cent herbes).

La culture du thé 茶文化 (chá wénhuà) est une institution en Chine, et l’immense variété de thés chinois qui existe peut vite laisser perplexe.

L’un des thés verts 绿茶 (lǜchá) le plus connu est le thé séché Longjing 龙井茶 (lóngjǐng chá, thé du puits du dragon). Le thé Longjing possède quatre qualités 四绝 (sì jué) : couleur verte 色绿 (sè lǜ), arôme intense 香郁 (xiāng yù), goût sucré 味甘 (wèi gān) et feuilles plates et allongées形美 (xíng měi, une belle forme).

Le thé Oolong 乌龙 (wūlóng, dragon noir) est un thé semi-fermenté. Typique du Sud de la Chine, il possède des bienfaits médicinaux reconnus à travers le pays, notamment du fait de son action amincissante. Il est en revanche déconseillé aux personnes souffrant d’aigreurs d’estomac.

Parmi les multiples catégories d’Oolong figure le thé Tieguanyin 铁观音 (tiěguānyīn, l’Avalokitesvara de fer), également très réputé en Chine. Ce thé a donné l’expression 观音韵 (guānyīn yùn, l’écho de l’Avalokitesvara de Fer), qui désigne en fait l’arrière-goût, le 回味 (huíwèi, le retour du goût) qui survient après une gorgée.

Le thé rouge 红茶 (hóngchá), traduit « thé noir » en français, fait partie de la catégorie des thés fermentés. Il tient son nom de la couleur des feuilles et de celle du jus obtenu après infusion. Il facilite la digestion.

Allons maintenant nous promener près des frontières du Sud-Ouest du pays. Le thé fermenté 普洱 (pǔ’ěr) était autrefois apporté depuis le fin fond de la Chine jusqu’au centre du pays, puis exporté vers le Laos, le Vietnam et le Myanmar. C’est le thé noir chinois 黑茶 (hēichá), qui ne correspond pas à l’appellation « thé noir » française. C’est un thé très fort, qui pour tenir le voyage jusqu’à l’intérieur de la Chine, était séché, puis fermenté, et enfin compressé en d’épaisses briques de thé 茶砖 (chá zhuān), acheminées ensuite à dos de cheval. C’est un thé qui possèdent des vertus médicinales, et convenant mieux l’hiver. L’on dit ainsi 夏喝龙井 (xià hē lóngjǐng) « en été, on boit du thé Longjing » ; 冬喝普洱 (dōng hē pǔěr) « en hiver, on boit du thé Pu’er ».

N’oublions pas dans cette longue liste le thé blanc 白茶 (báichá), le thé jaune 黄茶 (huángchá) et le thé aux fleurs 花茶 (huāchá).

Le thé est la première boisson que vos hôtes chinois vous serviront, selon la coutume 敬茶 (jìngchá) « offrir le thé aux invités ». Pour ce qui est de la cérémonie du thé 茶艺 (cháyì) « l’Art du thé », elle s’observe principalement dans les maisons de thé 茶馆 (cháguǎn). Mais le groupe nominal français « maison de thé » englobe de nombreux termes chinois. Ainsi, 茶馆 (cháguǎn, établissement de thé) désigne une maison de thé plutôt simple, pas forcément très chère ; 茶室 (cháshì, salle de thé) correspondrait plutôt à notre « salon de thé » ; 茶楼 (chálóu) est généralement un établissement de jeux mal fréquenté…

Nous nous arrêtons aux portes de la maison de thé et y entrerons pour voir un peu ce qu’il s’y passe lors de notre prochain numéro. En ces jours chauds et secs, je vous conseille donc de vous infuser un peu de thé Longjing et de savourer quelques 茶点 (chádiǎn), des pâtisseries accompagnant spécifiquement ce breuvage. Bonne dégustation !